logotype
diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama diaporama

Syndrome de la vie en rose

Création 2020

Attention à ce que vous mangez !
Cinq fruits et légumes par jour, bien sûr, mais aussi du bio, du light, du local, du frais, de l’authentique, du vitaminé, sans oublier des fibres.
Pas de gras, de lourd ni d’indigeste.
Jamais d’alcool, pas de drogues. Ne fumez pas.
Attention à bien bouger ! Minimum 10000 pas, quelques escaliers, du vélo, des abdos.
Ne négligez ni bouteilles d’eau ni baies de Goji.
Lavez vous les mains 10 fois par jour. Eternuez dans vos manches.
Attention à bien penser ! Positif, forcément positif.
Méditation, pleine conscience, yoga, au minimum.
Sans relâche. Sans faille. Votre bien-être est à ce prix !

Le syndrome du bien-être se caractérise entre autre, par l’obsession du corps combinée à un désir d’authenticité porté à son paroxysme. La pensée positive véhicule un ensemble d’idées et de croyances séduisantes qui ne sont toutefois jamais remises en question par la plupart d’entre nous, tant elles nous semblent aller de soi. Il importe de préciser que le regard exprimé ne portent pas sur le bien-être en soi mais sur la façon dont il s’est transformé en idéologie.

Cette pièce est une proposition chorégraphique où s’articulent la danse et le texte en les faisant fusionner.
Trois personnes parcourent la scène comme un espace à rire d’elles mêmes. Elles naviguent entre des fragments de textes, des souvenirs, et des ré-interprétations d’outils du « quantified self ».  Elles prennent alternativement tous les rôles de loosers, performeurs, winners… sont addicts à tous les livres de méditation. Ces trois personnes sont traversées par la fragilité, la peur, la culpabilité tout autant que le désir d’être heureuses et de tout tenter pour y arriver. Malgrè toute cette "bonne" volonté, elles cheminent avec leurs paradoxes. Elles poussent leurs corps à l’extrémité de leurs potentialités ; leurs imperfections sont leurs plus belles ressources. Elles restent ambivalentes et complexes, drôles et neurasthéniques, puissantes et sensibles, entre vie réelle et vie fantasmée, entre pression et humour. 
L’espace est constitué de radiographies assemblées formant la scénographie. Comme le bonheur, elles sont les témoins d’un état qui n’est pas visible de l’extérieur. Elles sont là comme un révélateur d’une introspection. Elles sont la présence des corps morcelés et anonymes.

WorKShop LABo | 27 • 28 • 29 AVRIL 2019 
au 108 à Orléans

Chorégraphe | Karine Vayssettes
3 danseurs.ses/comédiens.nnes | distribution en cours
Textes | Hugo Zermati
Production | Mélanie Roux
Coproductions | en cours
La compagnie éponyme est conventionnée par la Ville d’Orléans.

Share